Bla Bla Le défi du lundi Maquillage

Le défi du lundi : Grand luxe, et si je vous en parlais franchement?

Défi lundi luxe

Bonjour à tous!
Je vous retrouve à nouveau pour un défi du lundi. Je dois dire que lorsque j’ai vu le thème, je n’ai d’abord pas voulu le relever car je ne suis pas fan de cosmétiques de luxe et je n’en possède presque pas. Puis, je me suis dit que ça serait l’occasion de vous partager mon point de vue. Même si je ne me ferai pas que des amis avec cet article, je précise qu’il ne s’agit que de mon point de vue et que je respecte totalement les personnes qui pensent différemment.

Vous l’aurez donc compris, les marques de luxe et moi, on n’est pas copain. Certes, je possède un certain nombre de produits de maquillage qui sont dans une gamme de prix moyen voire haut de gamme mais que je ne considère pas comme des marques de luxe.

Défi lundi luxe

En effet, à mes yeux, un produit de luxe est un produit très cher, avec un packaging prestigieux et surtout une image de marque. Je considère donc comme produit cosmétique de luxe les marques telles que Guerlain, Dior, Chanel ou Yves Saint-Laurent. Finalement, ces marques dont le métier principal est la haute couture, ce monde incroyable qui nous fait rêver, et qui n’est accessibles pour nous, commun des mortels, que par l’acquisition de l’un de leurs produits dérivés comme un parfum ou un rouge à lèvres. Je comprends parfaitement la fascination que peuvent créer ces marques, surtout pour les adeptes de la mode mais je dois dire que la part du prix final investie en marketing n’y est pas étrangère.

Là où je veux en venir, est que le cosmétique de luxe vous vend évidemment du rêve, peut-être l’impression d’être privilégiée de pouvoir utiliser ce produit, mais pas la garantie d’une meilleure qualité. À titre d’exemple, pour un parfum de marque de luxe dont le prix de vente est 100.-, sa production n’aura coûté que 10.-. Les 90.- restants étants les coûts marketing et la marge (source : parfumeur interrogé pour mon travail d’étude). De plus, ces marques externalisent la production de cosmétiques. Normal, leur métier est la couture, pas la cosmétologie. Ils laissent donc le soin à des laboratoires spécialisés de concocter leurs cosmétiques sur ordre du service marketing qui aura analysé le marché, la demande et les tendances afin de maximiser les ventes et ainsi le bénéfice. Tout cela est beaucoup moins glamour que Coco Chanel qui sélectionne elle-même son N°5 et je suis désolée d’avoir rendu ce monde féérique plus terre à terre et d’avoir peut-être cassé une partie du rêve.

Défi lundi luxe

Cependant, il est vrai que je n’ai pas que des cosmétiques bon marché. J’utilise aussi des marques telles que MAC ou Boobi Brown qui ont un prix plutôt élevé et qu’on ne trouve pas en grande surface. La différence que je fais avec ces marques est que leur métier principal est le maquillage. Elles sont créées par des maquilleurs pour des maquilleurs et leurs vendeurs sont des makeup artists et pas de simples vendeurs. Ce ne sont pas des marques qui me font rêver par leur histoire et qui me donnent le sentiment d’accéder à quelque chose d’extraordinaire mais j’ai l’impression d’acheter un cosmétique de meilleure qualité.

Concernant les produits bas de gammes, ce sont des produits qui ne promettent pas grand chose implicitement par leur prix ou l’image qu’ils transmettent mais j’en suis finalement rarement déçue, mes attentes n’étant pas très élevées. J’ai ainsi découvert des produits qui valent très largement des marques haut de gamme.

Bien sûr, chaque marque a des tops et des flops. Je ne suis pas en train de dire que toutes les marques cosmétiques de luxe sont de mauvaise qualité et que les marques bas de gamme sont toutes incroyables. Par contre c’est une certitude que le prix n’est pas forcément un bon indicateur de qualité mais qu’il est un indicateur de prestige ce qui, à mon sens, ne va pas forcément de pair.

J’en ai fini avec ma vision générale du marché des cosmétiques et plus spécifiquement du maquillage. Vous l’aurez compris, le segment du luxe n’est pas forcément pour moi mais comme on dit, il faut de tout pour faire un monde 😉

Vous pourriez également aimer

  • Hello Lexie,
    je suis parfaitement d’accord avec toi concernant les marques de luxe. On paye plus le marketing plutôt que la qualité! Surtout quand on lit les compositions on se rend compte qu’à part le packaging, y’a pas grand chose de plus…. La seule exception que j’ai trouvé est pour les fonds de teint, là effectivement quand on met le prix on voit une nette amélioration. Enfin c’est mon avis :) bisous

    • Hello!
      Merci pour ton commentaire! Je suis totalement d’accord avec toi pour les fonds de teint. Je trouve surtout que les marques plus chères (particulièrement les marques de maquillage pro) ont beaucoup plus de teintes et on peut demander à une vendeuse de l’appliquer directement pour s’assurer d’avoir la bonne teinte, ce qu’on ne peut pas forcément faire en grande surface. Avant j’achetais des fonds de teint en grande surface et je n’avais jamais la bonne couleur. C’est pour ça que depuis quelques années, je n’ai plus que des fonds de teint de marque.
      Mais j’ai reçu un gros échantillon fond de teint Maybelline à Londres et je le trouve top donc finalement en cherchant bien, on peut trouver du bon partout.

  • Je suis assez d’accord avec toi c’est pour cela qu’en cosmetique hormis à l’occasion pour tester ce n’est pas mon truc les marques de luxe 😉